Baignade dans la piscine, selfies, moment de détente dans le lit présidentiel… Quand des manifestants sri-lankais profitent du palais du président en fuite (VIDEOS)



Après avoir réussi à pénétrer dans le palais présidentiel, et forcé Gotabaya Rajapaksa à s’échapper, point culminant de plusieurs mois de mécontentement social, des Sri-Lankais s’en sont donné à coeur joie à l’intérieur de l’enceinte de l’édifice.

Des dizaines d’hommes ont tombé la chemise et plongé dans la piscine, certains en sauts périlleux. D’autres se sont prélassés sur les pelouses soigneusement tondues, d’autres encore filant tout droit dans les appartements privés du président.

“Nous sommes dans la chambre de Gotabaya, voici les sous-vêtements qu’il a laissés derrière lui”, a lancé un jeune homme en brandissant un slip noir, dans une vidéo en direct largement partagée sur les réseaux sociaux. “Il a aussi laissé ses chaussures derrière lui”.

Honni des manifestants qui le jugent responsable de la profonde crise économique que traverse le Sri Lanka depuis plusieurs mois, le président venait tout juste de quitter les lieux, grâce aux soldats qui ont tiré en l’air pour lui permettre de s’échapper.

Tour à tour, des manifestants se sont prélassés sur son grand lit, ou les confortables canapés des salons. Certains se sont servis dans le garde-manger, éparpillant çà et là snacks et boissons.

“J’ai été surpris de voir qu’un climatiseur fonctionnait dans sa salle de bains. Alors que nous subissons des coupures de courant sans fin”, a déclaré par téléphone à l’AFP un homme entré dans le palais.

“Nous ne devons pas être des voleurs”

Cette ambiance festive tranchait avec la confrontation tendue qui avait eu lieu plus tôt dans la journée entre des centaines de milliers de manifestants et les forces de sécurité.

La police avait fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour repousser les assaillants. Mais certains, en s’emparant d’un camion de police, ont pu forcé des barrages et escaladé les hautes grilles.

Une fois le palais envahi, le nombre de policiers et de militaires de garde a fondu. Des policiers d’élite sont restés postés dans la résidence, mais sans en déloger les intrus qui s’y promenaient à leur aise.

Grimpant à une grille, un étudiant a exhorté la foule à ne pas piller ou dégrader la résidence d’Etat, qui abrite une collection d’objets inestimables.

“Nous avons traité Gota de voleur et l’avons poussé à la fuite, s’il vous plaît, ne prenez rien dans le palais”, a-t-il demandé. “Nous ne devons pas être des voleurs comme les Rajapaksas”.

Depuis des mois, en raison des pénuries répétées de nourriture, d’électricité, de carburants et de médicaments, de nombreux Sri-Lankais réclament la démission du président et de plusieurs membres de sa famille au pouvoir.

Gotabaya Rajapaksa vivait dans la résidence officielle, habituellement réservée à la réception des dirigeants étrangers, depuis seulement avril dernier, après que des milliers de manifestants ont alors tenté d’envahir son domicile privé lors d’une grande manifestation.

Son domicile ne fut pas envahi mais il s’était installé au palais dans l’espoir, finalement vain, d’y être plus en sécurité.

Il reste président, a fait savoir à l’AFP une source au ministère de la Défense, protégé par l’armée dans un lieu tenu secret.



Source link

Denial of responsibility! planetcirculate is an automatic aggregator around the global media. All the content are available free on Internet. We have just arranged it in one platform for educational purpose only. In each content, the hyperlink to the primary source is specified. All trademarks belong to their rightful owners, all materials to their authors. If you are the owner of the content and do not want us to publish your materials on our website, please contact us by email – [email protected]. The content will be deleted within 24 hours.