Eric Picart tirera le bilan dans trois semaines à Givry : “Transférer du régional maintenant, c’est utopique”



Givry disputera son premier match amical ce mercredi soir à Chaumont. Et Éric Picart sera présent pour une rencontre qui permettra de voir des joueurs en test.

“Les entraînements de dimanche et lundi, ils étaient déjà organisés afin de pouvoir tester quelques joueurs, raconte Éric Picart. Ce que j’ai pensé ? Oh vous savez, si vous écoutez les agents, vous avez des gars qui peuvent jouer en D1, mais sur le terrain, c’est toujours différent. Le match face à Chaumont ? Je ne m’attends à rien, ce sera onze joueurs étrangers qui seront en test, qui évolueront à leur meilleure place et ce sera à nous de voir s’ils ont les qualités requises. C’est compliqué de se faire un avis après deux entraînements et un match, mais nous sommes dans une situation où nous allons devoir faire des choix. Et il faudra se tromper le moins possible. Mais pas question de dire qu’on transfère tel ou tel joueur parce qu’il nous faut des gars. Il faut des gars d’un certain niveau.”

Lorsqu’on fait remarquer à Éric Picart que le premier match officiel de Givry arrivera à la fin du mois, avec un déplacement à Malmédy en coupe de Belgique, l’homme botte en touche. “La Coupe arrive vite ? Oui, mais la Coupe, je n’en ai rien à faire, lance Éric Picart. Je ne sais même pas si nous allons pouvoir la jouer avec une équipe digne de ce nom. Le mot d’ordre, c’est d’être prêt pour le championnat. J’en ai déjà discuté avec les investisseurs et je leur ai dit que pour le 30 juillet au plus tard, il faut qu’un groupe se dessine. Nous y serons vite.”

Si Givry a annoncé l’arrivée d’Éric Picart, l’homme doit encore régler certains détails avec la nouvelle équipe dirigeante. “Je ne suis pas suicidaire non plus, commente l’ancien coach de Rodange. J’aime les challenges, j’aime les défis, mais encore faut-il que ceux-ci soient réalisables. Je sais que quatre joueurs professionnels ont signé, j’ai vu les contrats, je sais que c’est en ordre. Mais quatre joueurs, ce n’est pas suffisant même si vu leur profil, ce ne sont pas des manchots. Le souci, c’est qu’un bon joueur, il ne fait pas la différence à lui tout seul. Il lui faut un groupe.”

Dans la présentation du projet, les nouveaux dirigeants, ainsi que Jacques Aubry, ont insisté sur le fait de conserver un ancrage régional et sur le fait qu’ils voulaient attirer des joueurs de la région. “Mais je leur ai déjà dit que c’était utopique de croire à cela pour cette saison, commente Éric Picart. Nous sommes trois mois trop tard pour cela. À cette période de la saison, nous ne trouverons plus de joueurs régionaux qui ont le niveau de la D3. L’ancrage régional, il sera conservé grâce à la présence de deux ou trois jeunes qui seront dans le groupe. Mais pour le reste, c’est trop tard. Si j’ai contacté des gars que je connais ? Évidemment. Mais les joueurs de la région que je connais et qui ont le niveau, ils ont déjà signé quelque part à cette période de la saison. Et je comprends qu’il n’ait pas attendu de voir où Givry en serait avant de prendre une décision. C’était assez flou donc ils sont allés voir ailleurs, c’est normal.”

Éric Picart s’attend donc à voir débarquer des joueurs issus de l’étranger. “Damien Raths et le directeur sportif, Dimitri Rovonov, ont pas mal de contacts en Allemagne, raconte Éric Picart. Nous pourrions donc voir quelques éléments allemands venir à Givry. Mais c’est comme partout, les joueurs en Allemagne, ils attendent aussi de voir s’ils ne vont pas trouver une superbe opportunité. Mais des joueurs qui ont le niveau de la D3 et qui sont encore disponibles, vous en avez beaucoup. Il ne faut pas croire que c’est impossible de reconstruire une équipe à cette période de la saison. Cela fait deux ans que Virton le fait même si les niveaux ne sont pas comparables. Le problème, c’est qu’il faut tomber sur des joueurs qui n’arrivent pas avec des prétentions salariales invraisemblables et qui n’ont pas un ego énorme. Il faut trouver des joueurs qui ont envie de se relancer et qui ont une bonne mentalité. Mais il ne faut pas se voiler la face, cette année, ce sera une saison de transition. Je ne suis pas magicien. Le but, ce sera de sortir Givry du marasme dans lequel il se trouve, de pérenniser le club en D3, de prendre rapidement des points pour se sauver et en janvier, si tout va bien, nous aurons un gros travail pour préparer la saison suivante. Et là, nous pourrons viser du régional.”

En attendant, le retour d’Éric Picart a surpris pas mal de monde. “Je n’étais pas dans l’optique de reprendre un club, indique l’intéressé. J’avais prévu des vacances en août car je n’imaginais pas être à la tête d’une équipe. Ici, comme tout le monde, j’avais suivi ce qui se passait à Givry, mais sans en savoir plus que les autres. J’ai été contacté par Damien Raths le 1er juillet alors que j’étais à l’aéroport. Il m’a expliqué le projet et finalement, cela s’est fait très vite.”

Loïc Ménagé



Source link

Denial of responsibility! planetcirculate is an automatic aggregator around the global media. All the content are available free on Internet. We have just arranged it in one platform for educational purpose only. In each content, the hyperlink to the primary source is specified. All trademarks belong to their rightful owners, all materials to their authors. If you are the owner of the content and do not want us to publish your materials on our website, please contact us by email – [email protected]. The content will be deleted within 24 hours.