Valérie Damidot sort une bande dessinée avec sa fille Roxane: “L’adolescence était le plus beau et le pire moment de ma vie”



Après s’être penchée sur ses souvenirs d’enfance grâce au coup de crayon magique de sa fille Roxane dans La terrible époque des sous-pulls acryliques, Valérie Damidot prolonge leur belle collaboration en sortant 3615 ma vie (Michel Lafon), une bande dessinée remplie d’humour dans laquelle l’animatrice raconte son adolescence à travers les illustrations de sa fille. “Je parlais toujours de mon enfance à Roxane. Et elle posait tout le temps des questions à ma maman . Un jour, elle m’a donc proposé de dessiner tout ça parce que c’est un exercice qu’elle adore . Elle a déjà caricaturé tous les membres de la famille (rires). On a donc commencé par mon enfance et aujourd’hui, on parle de mon adolescence”, explique Valérie Damidot qui, à travers ce bouquin, nous partage des moments intimes de sa jeunesse. Son départ d’Argenteuil, son arrivée à Paris, ses coupes de cheveux et ses fringues à la mode ou encore sa première fois…

Toutes les personnes qu’on retrouve dans ce livre existent ou ont existé ?

Valérie Damidot : “Absolument toutes ! Les amis qu’on y retrouve ont reçu leur propre bande dessinée. Ils étaient fiers !”

Vous dites que l’adolescence, c’était le meilleur et le pire moment de votre vie. Pourquoi ?

V.D. : “Parce qu’on est insouciant, qu’on a plein de copains et qu’on s’amuse. C’est aussi la période des premières fois, les premières cuites, le premier amour. En même temps, c’est le pire moment parce qu’on est encore chez nos parents et qu’on doit leur obéir. On est un peu frustré parce qu’on a envie d’être traité comme des grands alors qu’on est quand même encore petit. Les garçons ont leur voix qui change, les filles se sentent mal dans leur peau. On est un peu paumé et tout prend des proportions dramatiques alors que ça n’en vaut pas la peine. Bref, c’est un super moment mais aussi un moment de galère.”

C’était mieux avant selon vous ?

V.D. : “Oui, c’est mon avis. Mon adolescence était plus facile que celle des jeunes d’aujourd’hui. On sortait plus, on allait en boîte, on faisait plus la fête. Aujourd’hui, les adolescents sont dans un monde compliqué et violent. Il y a moins cette culture d’aller en boîte et de se retrouver. Et je ne parle même pas de ceux qui ont démarré leur adolescence pendant le confinement. Ça a dû être l’horreur. Je trouve qu’il y avait un peu plus de libertés, de facilités et d’optimisme dans les années 80 qu’aujourd’hui.”

Et vous Roxane, qu’en pensez-vous ?

Roxane Damidot : “Je pense qu’elle a raison sur certains points. La grande différence avec son époque, ce sont les réseaux sociaux. Ils ont changé énormément de choses mais pas en bien…”

Qu’est ce qui vous a le plus fasciné dans l’histoire de votre maman ?

R.D. : “Je connaissais déjà plusieurs de ses histoires mais c’est vrai que j’ai découvert plus de détails lorsqu’on a créé le bouquin. Ce qui m’a fasciné, c’est le Palace et les boîtes de nuit. Ce n’était pas “select’” comme aujourd’hui. À l’époque, une star pouvait fréquenter des gens pas connus. On pouvait rentrer dans une boîte parce qu’on avait des fringues sympas. Aujourd’hui, on met tout le monde dans des cases. Tout était plus simple aussi. On pouvait décrocher un boulot après avoir rencontré quelqu’un en soirée.”

Auriez-vous aimé être copine avec votre maman à l’époque ?

R.D. : “Bien sûr ! Je ne suis sûre qu’on aurait été copine d’ailleurs. On se serait habillées de la même façon.”

Valérie, vous retrouvez-vous dans Roxane ?

V.D. : “Je me retrouve dans Roxane dans le côté solaire, hyper positif et parfois un peu timide. Comme elle, j’aimais aussi bouger quand j’étais adolescente. Mais, je la trouve toutefois plus sérieuse que moi dans la façon de diriger les choses. Contrairement à moi, elle est hyper organisée. De mon côté, ça a toujours été le bordel sans nom dans ma tête. Je ne suis pas organisée. Heureusement que j’ai un mec qui gère tout ce qui est administratif à ma place.”

R.D. : “Je suis contente qu’elle me trouve sérieuse parce que je ne me voyais pas comme ça ! (rires) Je pense qu’on se retrouve chacune dans la personnalité de l’autre.”

Vous réservez-vous des moments uniquement à deux ?

R.D. : “Oui, beaucoup. Je pense notamment aux réunions Top Chef. Toutes les semaines, on choisit un menu, on va faire nos courses ensemble et on cuisine devant l’émission. On part aussi en vacances ensemble. On habite à 500 mètres l’une de l’autre donc on se retrouve souvent pour dîner. On est toujours en contact.”

V.D. : “On a une relation assez fusionnelle. Elle trouve que je suis devenue pantouflarde donc elle me motive à faire plein de choses, à découvrir de nouveaux sports, de nouveaux restaurants.”

Valérie, qu’est-ce que cela vous a apporté de coucher votre adolescence sur papier ?

V.D. : “Je suis quelqu’un d’assez nostalgique. C’était agréable de se replonger là-dedans surtout quand on en garde de bons souvenirs.”

Vous êtes également nostalgique des coupes de cheveux de l’époque ?

V.D. : “Pas forcément. Quoique… (rires) Cette période des années 80 était quand même rigolote. Quand on regarde les fringues qu’on portait, on a vraiment l’impression qu’on était déguisée (rires).”

Une série (Victoire Bonnot, NdlR.) et des bandes dessinées. Quelle sera votre prochaine collaboration mère-fille ?

V.D. : “Elle m’aide, comme mon fils et mon mec d’ailleurs, pour ma page YouTube. C’est déjà un gros travail. J’adorerais aussi qu’on continue la saga de la bande dessinée. J’aimerais qu’on parle de son enfance et de son adolescence à elle. Ce serait une belle continuité. Et la boucle serait bouclée.”

R.D. : “Pourquoi pas ouvrir un restaurant ensemble aussi ? Ça me plairait bien !”

Roxane, votre expérience sur le petit écran ne vous a pas donné envie d’être comédienne ?

R.D. : “Non, pas du tout. Je préfère dessiner !”

V.D. : “Pourtant, c’est une super actrice. Tout le monde l’a dit sur le tournage !”



Source link

Denial of responsibility! planetcirculate is an automatic aggregator around the global media. All the content are available free on Internet. We have just arranged it in one platform for educational purpose only. In each content, the hyperlink to the primary source is specified. All trademarks belong to their rightful owners, all materials to their authors. If you are the owner of the content and do not want us to publish your materials on our website, please contact us by email – [email protected]. The content will be deleted within 24 hours.