Van Hooydonck exceptionnel, van Aert en mode Hulk et Matthews un peu naïf: ce qu’il faut retenir de la huitième étape



Nathan van Hooydonck a tué l’échappée… et la moitié de la BikeExchange

Quand on a découvert la sélection Jumbo-Visma pour ce Tour de France sans des coureurs comme Rohan Dennis ou Mike Teunissen, on pouvait se poser des questions. Nathan Van Hooydonck est en train d’y répondre. Celui qui représente (probablement d’assez loin) le plus petit salaire des huit coureurs de l’équipe néerlandaise ne cesse de justifier sa sélection. Après avoir joué les rampes de lancement au Cap Blanc-Nez, avant le solo de Wout van Aert, voilà qu’il s’est mué en tueur d’échappée ce samedi.

Alors certes, il ne s’agissait pas de l’échappée la plus fournie de l’histoire du Tour. Mais il a assuré la poursuite pendant plus de 130 kilomètres, épuisant successivement trois coureurs de la BikeExchange venus lui prêter main forte: Jansen, Juul-Jensen et Durbridge. Grâce à son travail, Jumbo n’a pas eu besoin de faire travailler un deuxième coureur. Une victoire d’étape à moindre coût, donc. Bonne nuit Nathan !

Wout van Aert fait le break au classement par points

En s’imposant à Lausanne pendant que Fabio Jakobsen était logiquement décramponné, Wout van Aert a fait un double break dans la course au maillot vert. Il compte désormais 115 points d’avance sur Fabio Jakobsen. Et puisqu’il ne reste, au maximum, que trois sprints massifs à disputer sur ce Tour (et même probablement deux), on ne voit pas par quel miracle le Néerlandais viendrait déloger le Belge si notre compatriote arrive à Paris sans encombre.

Le principal concurrent de Wout van Aert s’appelle probablement Tadej Pogacar, troisième de ce classement avec 136 points de retard. Mais puisque le Slovène ne se soucie guère des sprints intermédiaires, on peut penser que le suspense est déjà terminé après une semaine. On peut donc s’habituer à voir l’ancien champion de Belgique tout de vert vêtu, en mode Hulk.

Michael Matthews va devoir trouver une alternative

Si la BikeExchange a déjà réussi son Tour de France grâce à la victoire d’étape de Dylan Groenewegen, on imagine que Michael Matthews aimerait lui aussi lever les bras sur cette Grande Boucle. Problème: il n’est pas le meilleur puncheur de ce peloton. A Longwy, après un enchaînement final de quatre difficultés, Tadej Pogacar l’a relégué à plusieurs longueurs dans les cent derniers mètres. Et à Lausanne, sur une montée sèche, il battait le Slovène mais voyait Wout van Aert le priver, assez facilement, de la victoire.

La BikeExchange va donc devoir revoir ses options tactiques et probablement tenter d’envoyer son coureur australien dans les échappées si elle veut remporter un nouveau succès. A moins que l’équipe ne persiste dans ses mauvais choix, comme cela avait déjà été le cas au Dauphiné (en roulant tous les jours pour Groenewegen, qui se faisait systématiquement lâcher avant l’arrivée) ?



Source link

Denial of responsibility! planetcirculate is an automatic aggregator around the global media. All the content are available free on Internet. We have just arranged it in one platform for educational purpose only. In each content, the hyperlink to the primary source is specified. All trademarks belong to their rightful owners, all materials to their authors. If you are the owner of the content and do not want us to publish your materials on our website, please contact us by email – [email protected]. The content will be deleted within 24 hours.